EXPERTISE :

S'informer

Quels sont les différents éléments d’un réseau aéraulique ?

étude personnalisée

Le réseau aéraulique est l’élément important dans un système de traitement de l’air, ventilation, désenfumage et climatisation. Pour l’installation de ce dispositif, il faut connaître les éléments dont il se constitue. Ceci permet de les choisir minutieusement afin de garantir la réussite du projet. Voici les éléments d’un réseau aéraulique.

Les différents éléments d’un réseau aéraulique

Les gaines de distribution ou de ventilation

La gaine de ventilation est l’élément des VMC qui permet la diffusion ou la distribution de l’air dans les locaux. Elle sert à renouveler l’air en évacuant l’air vicié. Ce dispositif permet de protéger les pièces des moisissures et facilite la distribution homogène de l’air ce qui améliore le niveau étanchéité. Lors de l’installation de réseau aéraulique, il est important de bien faire le calcul afin de choisir la gaine de ventilation adéquate et notamment au niveau de la marque pour votre réseau aéraulique. En effet, elle doit permettre de réduire et de maîtriser les dépenses de chauffage de 50 % en réduisant les déperditions thermiques. Les gaines de ventilation maintiennent les performances aérauliques de l’installation et maintiennent la pression d’un étage à un autre.

Elle accroît aussi la durée de vie des ventilateurs grâce à la réduction du débit d’air moyen sur l’année. En effet, la durée de vie d’un ventilateur dépend de la puissance à laquelle il fonctionne. La puissance est influencée par la demande de débit moyen du système de ventilation.

Les ventilateurs (incorporés ou non dans les réseaux aérauliques)

Le ventilateur fournit à l’air l’énergie dont il a besoin pour se déplacer à travers le conduit aéraulique ou conduit d’air en lui imprimant une vitesse V. Le volume d’air qui circule dépend de :

  • la pression liée au poids de la colonne d’air ;
  • la pression dynamique ;
  • et la pression statique (dépend de la pression interne).

Le ventilateur fournit l’énergie dont l’air a besoin pour compenser la différence de pression totale de l’air prise à l’extérieur et la bouche de pulsion. C’est l’inverse en cas d’extraction.

Lorsque la résistance du réseau aéraulique est élevée, le ventilateur est beaucoup plus sollicité. Cette résistance dépend de la configuration du réseau (forme et longueur des conduits, les changements de direction, les filtres, les obstacles et autres). La résistance ou les pertes de charge représentent les frottements de l’air dans les conduits. Le ventilateur stabilise son débit à une valeur à laquelle la pression qu’il fournit équivaut à la résistance du circuit.

Les registres de réglage et les diaphragmes de réglage

Les registres servent au réglage du débit d’air en générant une perte de charge variable. La variation du débit dépend de la pente de la courbe débit-pression des ventilateurs. Les registres de réglage permettent aussi l’isolement d’un ou entre plusieurs conduits. L’isolement permet de remplacer une alimentation en air recyclé ou pour isoler un échangeur de température.

Les diaphragmes de réglage permettent de modifier la perte de charge d’un circuit afin d’équilibrer les débits réels en tenant compte des prévisions. Le diaphragme grille est le modèle qui repartit le mieux la perte de charge.

Les clapets d’obturation et les clapets coupe-feu

Le clapet d’obturation permet la fermeture quasi parfaite d’un conduit. Il est actionné automatiquement ou mécaniquement lorsque la vitesse de l’air diminue ou tend à s’inverser. Ce dispositif permet aux ventilateurs de démarrer plus rapidement autrement, le moteur électrique et le rotor s’échauffent. Ils sont importants pour l’entretien ou la sécurité des réseaux en cas d’incendie ou de désenfumage.

Lorsqu’un conduit de ventilation traverse une paroi qui doit avoir une résistance au feu, les clapets coupe-feu permettent de pallier ce problème. Ils servent donc à bloquer la distribution des fumées.

La bouche de pulsion ou de diffusion

Ce dispositif conditionne le confort dans le local, il est donc important de bien le choisir. Les grandeurs qui influencent le choix de la bouche de diffusion sont le débit, la production acoustique, la vitesse résiduelle en zone d’occupation et la portée. Cette dernière est la longueur du jet pour laquelle on obtient une vitesse résiduelle.

Notez qu’on choisit la bouche qui présente la puissance acoustique la plus faible pour le débit désiré. Il convient aussi de souligner que la qualité acoustique de la bouche indiquée par le constructeur ne garantit pas à lui seul le niveau sonore. Parfois, c’est le bruit des ventilateurs qu’on entend au travers de la bouche. Cependant, les grilles de distribution peuvent servir d’atténuateur de niveau sonore.

L’échangeur thermique

Lorsque le réseau aéraulique est doté d’un échangeur thermique, il fournit au bâtiment de l’air frais filtré tout en conservant la majorité de l’énergie qui a été utilisée pour le chauffage. C’est notamment un élément essentiel du choix d’une climatisation. Cela permet de récupérer la chaleur et de réduire la consommation énergétique ce qui améliore le niveau de confort. La VMC extrait l’air des sources polluées comme la cuisine, la salle de bain, les toilettes et les pièces de service et fournit en retour de l’air aux chambres, salle de séjour, bureaux et autres. L’air extrait est envoyé à travers un échangeur thermique de chaleur central et il est récupéré dans l’air d’alimentation. Cela fonctionne aussi dans le sens inverse si la température de l’air à l’intérieur du bâtiment est plus froide que celle de l’extérieur. Ainsi, la fraîcheur est maintenue dans le logement.

Tous les logements peuvent être dotés d’un échangeur thermique, mais un niveau de perméabilité de l’air doit justifier son installation. Si un niveau d’étanchéité à l’air n’est pas atteint alors son installation n’est pas appropriée.

À lire également

Retrouvez nos produits